NOUVEL À PROPOS

Profs au carré est une initiative persocollective. C’est-à-dire que c’est une initiative de moi-même, Eve Paquette, prof à l’UQAM, qui y a invité ses collègues. C’est un lieu de réflexion, de critique et de sérieux autant que de doux délire. Pour toutes ces choses que nous ne disons pas dans nos classes…

Pour commenter:

Tous les commentaires sur tous les billets se ferment automatiquement deux jours après la première publication. Tous les commentaires sont modérés, c’est-à-dire qu’ils n’apparaissent pas immédiatement et qu’ils doivent être approuvés. Tous les commentaires non haineux et ne serait-ce qu’un tantinet pertinent pour le billet auquel ils s’appliquent sont publiés.

Pour les amateurs de débats creux ou endiablés qui n’en finissent plus: je suis certaine que vous trouverez d’autres plateformes heureuses d’accueillir vos réflexions sur Internet.

Ah, et en passant, il n’y a pas de nouveaux commentaires possibles sur «Nouvel à propos».

Merci de visiter Profs au carré!

Eve Paquette, prof vraiment carrée

profsaucarre@gmail.com

Publicités

3 réponses à “NOUVEL À PROPOS

  1. Jacinthe Patry

    Belle initiative que votre blogue! Bravo! Plusieurs textes forts inspirants!

  2. Prof carrée

    Merci, Jacinthe Patry. Nous essayons, bien humblement, de montrer notre support au mouvement étudiant!

  3. Richard Caplette

    Bravo pour votre belle initiative ! Moi, aussi, j’ai l’éducation à coeur et je suis heureux de voir cette mobilisation nationale.

    Une piste de solution pour régler le conflit étudiant

    Comme cela se pratique dans certains pays, pourquoi ne pas poser la question des frais de scolarité à même le bulletin de vote lors de la prochaine élection au Québec ? Êtes-vous en faveur de l’augmentation des frais de scolarité ?
    OUI ou NON. Ce qui, en fait, permettrait de tenir un référendum SANS FRAIS sur une la question de l’heure.

    Nous sommes à la veille d’une campagne électorale « imminente » avec des élections, au plus tard, cet automne. Les étudiants retourneraient immédiatement en classe et leur négociations deviendraient un enjeu majeur de la prochaine campagne électorale. Une campagne électorale n’est-elle pas une plate-forme idéale de discussion très médiatisée et des plus démocratique ?

    Faire de cette question, un enjeu électoral permettrait à tous les intervenants de profiter d’une période de 30 à 35 jours pour être entendus et débattre des frais de scolarité, de
    la gestion des universités et du système d’éducation au Québec. Étudiants, enseignants, gouvernements, syndicats, et citoyens pourraient discuter de leurs préoccupations.

    Richard Caplette
    Artiste peintre et enseignant à la retraite